Et si notre bien-être au travail dépendait avant tout de nous ?


Itw_L-Saunder-oct2016_27 octobre 2016 La France fait figure de mauvaise élève en matière de bien-être au travail. A chaque nouveau baromètre nous nous retrouvons en queue de classement. Pourquoi ? Travail inintéressant, manque de reconnaissance de la part de sa hiérarchie, absence de soutien des collègues, impossibilité à trouver un juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée… Les raisons évoquées de ne pas être heureux au travail sont nombreuses.
Le bien-être au travail dépend-il vraiment de ces facteurs extérieurs ? Et s’il dépendait de nous ? De notre propre capacité à identifier notre satisfaction ?
C’est le propos de Laurence Saunder, CEO de l’IFAS (Institut Français d’Action sur le Stress) et vice présidente de Consult’in France qu’elle évoque dans cette vidéo.
C
 « Pourquoi s’intéresser aux émotions positives ? La psychologie positive, science qui étudie les conditions et processus contribuant à l’épanouissement, a mis en évidence les innombrables bénéfices des émotions positives pour soi et pour l’entreprise : une meilleure santé mais aussi l’augmentation de la performance : créativité, coopération, vision plus large des sujets, meilleure capacité d’adaptation, persévérance, traitement plus rapide de l’information complexe…
Mais identifier sa propre satisfaction n’est pas innée, nous sommes plus ou moins doués pour la percevoir. Bonne nouvelle, cette compétence se développe !
Voici 3 leviers pour développer les émotions positives en entreprise :
1. S’entraîner à voir l’aspect positif des choses : se remémorer ses satisfactions ou ses succès et mettre des mots dessus, favorise de nouvelles connexions neuronales qui entraînent le cerveau à être satisfait.
2. Développer des relations positives : partager des bons moments, s’intéresser à l’autre (la curiosité), reconnaître la valeur de l’autre (le pouvoir des compliments), toutes les occasions sont bonnes et contribuent à rendre les autres, donc soi, plus heureux.
3. Enfin, apprendre à visualiser ses satisfactions futures augmente la motivation. En se fixant des objectifs atteignables, on contribue à renforcer notre sentiment d’efficacité et de compétence.Qu’attendons-nous alors pour faire évoluer ce stéréotype du français râleur et être enfin heureux au travail !
RP
Contacts presse :
Sandra Ammara, Noir sur Blanc : 01 41 43 72 74 / 06 79 92 71 34 sammara@noirsurblanc.com
       Consult’in France