Conseil & Recherche


Education_Ecrire au tableauUn peu d’histoire
Il existe une proximité historique entre la profession du Conseil en stratégie et management et la Recherche dans les domaines des sciences de gestion.

Cette proximité s’illustre dès la naissance du Conseil aux Etats-Unis. En 1886, lorsqu’Arthur D. Little fonde la société éponyme – qui est aujourd’hui considérée comme le premier cabinet de conseil en stratégie de l’histoire – il collabore alors au prestigieux « MIT ». Dans son sillage, et tout au long du XXème siècle, d’autres académiques vont fonder des cabinets de conseil (Michaël Porter et Monitor, Gary Hamel et Strategos…etc.) ou exercer des activités de conseil en parallèle de leurs activités universitaires.

En France aussi ces liens existent depuis longtemps. Parmi les pionniers notamment, Jacques Lesourne, professeur d’économie, crée, au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’un des premiers cabinets de conseil français (la SEMA). Plus récemment les formes de ces partenariats ont évolué et se sont diversifiées : Instituts, think tanks, collaborations autour de chaires, animation de cours… Ces différentes formes permettent ainsi aujourd’hui à un grand nombre de consultants de nouer des relations fortes avec le monde académique.

Une grande complémentarité entre les deux professions
La pratique des consultants se ‘nourrit’ des réflexions et de la prise de recul inhérentes à un travail de recherche scientifique. Ces sources de réflexions alimentent la pratique du consultant dans la réalisation de ses missions. Ainsi, par exemple, les travaux du Pr Kaplan sur le ‘Balanced Scorecard’ ont nourri les travaux des consultants sur les Tableaux de bord de la Direction Générale.

Le Conseil constitue quant à lui un formidable laboratoire d’expérimentation et de diffusion des idées, une ‘caisse de résonnance’ inégalée pour les théories académiques. La nature même de l’activité de Conseil amène en effet ses praticiens à intervenir dans un grand nombre de secteurs économiques et dans des entreprises de tailles et de cultures extrêmement variées. C’est là l’une des clefs du rôle ‘normatif’ de la profession : en intervenant au cœur de l’entreprise, les consultants permettent la diffusion de nouveaux concepts, souvent issus des théories académiques, concepts porteurs d’amélioration de la performance, d’innovation, et donc de meilleurs résultats pour l’entreprise.

Au-delà des idées et des concepts, cette complémentarité s’exerce également dans les relations avec les étudiants et jeunes diplômés. Le modèle de développement des cabinets de conseil repose en effet sur la qualité des profils recrutés, et c’est la raison pour laquelle le secteur est un des premiers débouchés pour les jeunes diplômés à Bac+5. Le Conseil est par ailleurs un métier dont l’apprentissage se fait toujours par compagnonnage entre consultants expérimentés et juniors. Un consultant accompli doit savoir transmettre. Quoi de plus naturel, dès lors, pour ces professionnels de prendre en charge de nombreux cours aussi bien au sein des Universités que des Grandes Ecoles ?