Tribune | Les erreurs de timing du président F Hollande


01 mars 2016

Dans le désordre, le tiercé n’est plus gagnant :
L’erreur de timing de la stratégie de transformation de François Hollande

Paris, le 1er mars 2016 | « Les politiques manquent de courage ! » Cette petite musique, souvent entendue dans les milieux patronaux, ne s’applique pas à trois mesures décidées par François Hollande, lancées malheureusement dans le mauvais ordre. L’art de la transformation est décidément plus important que les idées elles-mêmes, que ce soit pour l’Etat ou dans les entreprises. Reprenons la séquence.
 
Première mesure en 2013 : rétablissement des comptes publics par un programme massif d’augmentation d’impôts  qui freine le seul moteur encore en action : la consommation.
Deuxième mesure en 2014 : pacte de responsabilité qui renforce le CICE avec un transfert de 40 Milliards  vers les entreprises, malheureusement sans effet sur l’emploi  pour cause de carnet de commande en berne.
Troisième mesure fin 2015 : initialisation de la réforme du travail en vue de créer la confiance, de s’adapter à l’emploi du XXIe siècle, tout en respectant les droits des salariés.
Comme le préconisait dès 2011 la Profession du Conseil dans son Pacte France Entreprises, le trio eût été gagnant si on avait commencé par :

  1. restaurer la confiance sans dépenser d’argent public en opérant une réforme du travail et faisant patienter Bruxelles sur l’équilibre des comptes,
  2. puis donner du carburant aux entreprises avec un programme d’amélioration des marges en corrigeant un oubli de taille, la baisse de la taxation du capital : à quoi bon augmenter les marges si on prend jusqu’à 65% des plus-values
  3. enfin, équilibrer les comptes en augmentant les impôts  tout en réallouant les dépenses vers l’éducation, la santé et la justice.

Plus que les idées ou les « grandes mesures », c’est bien la stratégie de transformation qu’il faudra scruter dans les programmes des prétendants de 2017 : l’art de donner du sens,  de créer les conditions du changement, de cristalliser l’énergie collective, de lancer les bons projets, au moindre coût et au bon moment !
Hervé Baculard
Président Consult’inFrance (ex Syntec Conseil en Management),
Co-fondateur Kea&Partners

Télécharger la Tribune en version .pdf
Cette Tribune a été reprise dans les colonnes de la Revue des sciences de Gestion