Pourquoi fait-il bon travailler dans un cabinet de Conseil ?


Bon_travailler_dans_le_ConseilJuin 2016En quelques mois deux classements indépendants sur les sociétés où il fait bon travailler, Great place to work et Happy AT Work, sont venus couronner les cabinets de Conseil. Une surprise alors qu’on dit le secteur très exigeant ? Pas tant que cela…
Décryptage.

Pourquoi fait-il si bon travailler dans un cabinet de conseil en stratégie  et management ?
La réponse est à chercher dans l’ADN même de des structures : la valeur d’un cabinet de Conseil repose quasi uniquement sur les talents qui le composent. Le secteur reste d’ailleurs l’un des tous premiers recruteurs de diplômés de grandes écoles, des talents qu’il s’agit d’attirer… mais aussi de fidéliser ! Dès lors les cabinets sont attentifs à l’amélioration du cadre de travail de leurs collaborateurs, investissent dans la montée en compétences des consultants, favorisent une meilleure communication entre salariés et ont, depuis longtemps, adopté des organisations hiérarchiques plus lisses – celles-là même qu’ils recommandent à leurs clients !

Les cabinets de Conseil toujours attractifs
On y travaille beaucoup et intensément et pourtant selon la dernière enquête d’Universum France 2015, les cabinets de Conseil sont plébiscités à la fois par les jeunes diplômés et les profils expérimentés. Et ce n’est pas (seulement) le salaire ou l’expérience de consultant valorisée dans un CV qui créent cette attractivité mais « la diversité des missions proposées, un environnement intellectuel très stimulant, des opportunités de travail intéressantes et souvent une large ouverture à l’international qui attirent les candidats », comme le souligne les responsables de Glassdoor.fr qui réalise le classement des sociétés de conseil où il fait bon travailler.

Avec une prévision de recrutements entre 7000 et 8000 personnes cette année dans le secteur du conseil en management (Source: Etude de marché de Consult’in France 2016), les cabinets vont donc devoir faire preuve de créativité pour attirer à eux les meilleurs profils. Un soin tout particulier est par exemple apporté à l’intégration des jeunes diplômés pour les mettre dans les conditions du succès.

Quelles stratégies pour améliorer la qualité de vie au travail et donc la fidélisation
Chaque cabinet de conseil en management et stratégie a mis en place des politiques de fidélisation et d’attractivité différentes, même si de grandes tendances se dégagent :

La problématique de la quête de sens des consultants est un des plus gros enjeux des cabinets de conseil qui doivent apporter une réponse à la jeune génération qui souhaite concilier vie professionnelle et engagement sociétal. D’ailleurs « donner du sens au travail et prendre plaisir au travail » sont deux des raisons soulignées par les jeunes salariés de moins de 28 ans dans le palmarès où il fait bon de débuter sa carrière, le Happy At Work for Starters by meilleuresentreprises.com. Car pas de doute, la jeune génération vient au conseil pour être « acteur de la société et de son évolution en permettant à aux idées et aux convictions qu’ils portent de contribuer à un développement plus harmonieux de cette société et ainsi de travailler à sa pérennité », explique Hervé Baculard, Président de Consult’in France.

De plus, un certain nombre de cabinets ont aujourd’hui un véritable engagement RSE, et proposent à leurs (meilleurs) collaborateurs de participer à des missions d’intérêt général auprès d’ONG, d’associations, voire même valident des congés sabbatiques dans l’humanitaire.

Une des premiers agencements est le dialogue. Les cabinets ont toujours été ouverts au dialogue dans leur mission à cause d’une hiérarchie très courte qui donne à chacun, même au junior, une place, une autonomie et une valeur ajoutée. Aujourd’hui, le dialogue dépasse le périmètre des missions et fait partie à part entière de la politique des cabinets de conseil. Par exemple chez Bain & Company une fois par trimestre tous les collaborateurs doivent répondre à la question suivante : « seriez-vous prêts à recommander Bain & Company en tant qu’employeur à un ami ou un proche ? », ce qui permet de dégager les points d’achoppements et d’y travailler pour ainsi améliorer la qualité de vie au travail

L’équilibre vie privée et vie professionnelle a été un des enjeux majeurs des cabinets de conseils ces dernières années. L’utilisation des outils numériques, du télétravail, la rationalisation des horaires de réunions voire même le développement de services de conciergerie sont autant d’outils déployés ces dernières années pour permettre d’obtenir ce meilleur équilibre.

La formation et l’avancement de carrière sont aussi des points forts qui font des cabinets des lieux où il fait bon travailler. La formation continue à travers des séminaires qui font progresser les collaborateurs et leur montre que le cabinet croit et investit en eux, ont un fort impact sur leur sentiment d’appartenance qui est un bon indicateur de bien-être au travail. Enfin, l’avancement de carrière rapide ponctué par des grades (junior, senior, manager, directeur, associé…) – où chaque niveau correspond à une véritable prise de responsabilités – qui permettent de se repérer dans l’évolution de sa carrière. La reconnaissance de ses qualités et compétences est un véritable moteur qui participe à la qualité de vie au travail. Le développement professionnel est d’ailleurs ce qu’ont salué à 80,5% les salariés de ConvictionsRH, classé 2ème des entreprises où on est Happy At Work.

Contact Presse : Sandra Ammara – Agence Noir sur Blanc : sammara@noirsurblanc.fr